Loup y es-tu, que fais-tu ?

7 janvier 2016

Nouvelle monture.

7 janvier 2016

En mode encéphalogramme plat

7 janvier 2016
IMG_20151022_180009
IMG_20151218_160840
DSC_4765

Nouveau lit, nouveau sommier, nouveau matelas, nouvelle vie.

C’est avec délectation que je me suis glissée dans ce cocon douillet hier soir, pensant passer la meilleure nuit de ma vie (pas de folie, hein, juste la meilleure nuit réparatrice depuis fort fort fort longtemps).

Tout se passait comme convenu, jusqu’à… 5h du mat. Hyper confiant, l’enfant (le petit dernier) s’est cru autorisé à venir quémander la tétée matinale, pensant que, sur un malentendu, ça pouvait peut-être marcher.

Et bien non, mon quota d’heures de sommeil pas encore atteint, mais l’esprit suffisamment alerte pour savoir qu’un seul moment de faiblesse mènerait à ma perte pour toujours les nuits prochaines. J’ai pris mon courage, ma volonté et ma détermination à deux mains et j’ai raccompagné la terreur nocturne l’enfant dans SA chambre, dans SON lit, sous SA couette. J’ai pu gentiment me brosser Martine rendre compte que ça ne se passerait pas aussi simplement que je l’espérais.

En effet, les pleurs, enfin les gémissements, ont retentis avec force, tout en testant une escalade de la mère avec conviction et grands renforts d’ongles. J’ai donc tenté la feinte ultime dite de l’encéphalogramme plat. Technique, ô combien éprouvée, qui consiste à (prenez des notes) :

  1. Se mettre à genou devant le lit (sans barreau bien sûr) de l’enfant.
  2. Rabattre les deux bras en arrière, pendant le long du corps.
  3. Poser la tête sur le bord du lit
  4. Faire semblant de dormir.
  5. Ignorer coûte que coûte les pleurs et autres complaintes.

Au bout d’un moment, Gollum, n’ayant aucune prise, se résout à ramper jusque dans son lit et à se rendormir.

Bilan : une demie heure pour le rendormir, une nuit chaotique encore mais deux heures supplémentaires de gagnées !

N.B : éviter le n°1 lorsqu’on s’est éclaté le pied, la veille, sur une barre en fer, ça laaannnnce.

Leave a comment